Bilhau le manadier

Poème dédicacé au manadier Emile Bilhau.
 Ils étaient tous deux à l’hôpital dans des chambres voisines et on beaucoup parlé en ‘patois’ (Emile Bilhau disait
Provençal, je pense) et pas mal galéjé

 Comme j’ai pu le constater, la chambre du manadier était devenue le point de ralliement de tous les félibres du service cardiologie de l’hôpital.

Le poème a été écrit en 1993, peu de temps après la sortie de l’hôpital.

 

Lecture

 

 

Souvenir dédié au manadier Bilhau, mon ami

 

Le long de ce chemin qui descend vers les passes 1

Maintenant avec ma canne 2 je descend fatigué à la matrassa

S’il passait dans ma tête l’idée de courir, dé couré

À coup sûr au second pas je partirai la tête en avant seillliée péta de mouré

 

Quand je regarde dans le miroir ce front si ridé

Que je le veuille ou non ma vieillesse est bien là. 3

Des rimes qui s’accordent je n’en trouverai plus

Des mots pour mes sonnets dans ma tête il n’y en a plus.

 

Si je retrouvais en moi la force d’écrire

Ça me donnerait à coup sûr le courage de vivre.

Mais je suis ici à moitié assommé ensuqua

Je tourne et retourne ma tête et rien n’en sort

 

Auparavant en patois j’aurais pu écrire un livre

Il ne reste plus en moi que le cœur des félibres

Ma tête est vidée, l’inspiration s’est en allée enanada

Un peu comme la crasse quand on a fait la lessive bugada

 

C’est le hasard qui fit qu’un jour à l’hôpital

Un monsieur s’est approché, et j’ai oublié mon mal

Là mieux qu’un esprit envoyé par le ciel

J’ai rencontré Bilhau, manadier d’Estagel 4

 

Et je peux dire ici Emile que tu n’as pas eu tort

De m’encourager à faire un gros effort.

Voilà, grâce à toi, mon poème est fini

Et ma vie durant, je garde ton souvenir. toun souvéni

 

 

 

(Réponse à sa belle dédicace faite sur son livre) 5

Tu as rencontré Domergue

Tu as dit on croirait Bigot

Tu as cru que c’était un merle

Et c’était qu’un tiot. 6

 

 

 

1 - Pierres qui permettent de franchir (passer) la rivière qui coule au bas du village (à sec durant tout l’été).

2 - On entend ‘testa’, tête. Mais je lis canne dans son recueil. Je pense que l’auteur, fatigué, a commis une erreur en enregistrant.

3 - Ma vida a parti, dans le recueil.

4 - Nom du lieu où est installée la manade Bilhau, en Camargue, non loin du Vaccarès.

5 - Livre de souvenirs, écrit par le manadier et qu’il avait offert à l’auteur.

6 - Intraduisible. Un tiot est un hibou, mais au sens figuré, c’est un ahuri, un sot. L’expression, ici comme souvent, est employée dans un sens affectueux.